Audiovision

November 7, 2007

A Roumen Leonidov

Il n’y a pas encore de l’électricité.
Il n’y a non plus de cuisses de grenouille.
Il n’y a pas de radio – dans les sacs des courriers
Les nouveautés commencent à puer le fromage,
Le café dort aux pieds des cobras
Et rêve en grains les rendez-vous internationaux

Il n’y a pas de japonais.
Il n’y a pas d’autres japonais.
C’est hostile, c’est illettré, c’est cru, c’est rustique.

…Et la Terre sur son dos dans l’Espace
Tourne les anneaux de Saturne,
Et Mars – le meilleur jongleur –
Jète en l’air Phobos et Deimos,
Lorsque Jupiter et Mercure
Avec leurs jambes commerciales futures
Marchent sur leurs orbites intéressées,
Et Venus – nue et pas chantée –
S’enfonce dans sa cent-pour-cent humidité.

Pas un seul poète à fusiller.

…Il était nuit et mon grand-père me disait :
« Quand il n’y a pas de poètes naturels,
La poésie devient un problème linguistique.
Va dormir,
Car tôt demain matin
Arrivera le progrès ! »

прочети в оригинал
read this poem in English

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s