Autoportrait sans montre

November 8, 2007

Celui qui va et qui tombe!
Une branche pour le vent à s’y pendre !
Ici, sous l’arbre est la source,
Là-bas, sous la pierre est le mal.

Celui qui prend tes yeux
Et glisse sous tes cils,
Qui tu sens soudain
Une fois à millier.

Mes enfants, petites Bulgaries,
Des païens tombés dans l’église du Dieu,
Vêtez mes cendres !

Jumeau du jour et de la nuit,
temps et sable,
oiseau à quatre jambes d’Elania,
le chasseur et la bête,
je vous dis „Bonjour“
et je vous quitte.
J’ai sourit à qui?
J’ai tiré ma langue à qui?
Je ne sais pas – je ne sais pas,
Je ne dis pas – je ne dis pas.

Je suis fait à étonner !

Ne vous fatiguez pas –
Personne ne peut m’aider déjà.
Je suis dispersé et je ne m’aime pas.

Qui tu es ?
Je suis celui qui s’ennuie
Et sa tombe!

Qui tu e-e-es ?

– La gou-ou-tte ! – a crié la pluie.
Et personne n’a pu dessiner ce mot mouillé.

прочети в оригинал
read this poem in english

One Response to “Autoportrait sans montre”


  1. […] в оригинал lire en francais Posted in Poetry (english) […]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s